Présentation

Histoire

Les débuts

Les années 50

Les années fastes

Le Village

Les années de crise

L'indépendance

Le 21e siècle

Technique

Créateurs d'hier

Créateurs d'aujourd'hui

Glossaire
Accueil > Entreprise > Histoire > Les débuts

Une aubaine pour la population

 

L'ouverture de la manufacture est une aubaine pour la population. Quatre-vingts personnes de tous âges et de toutes origines sont ainsi recrutées sur de simples tests de dessin, et les futures monitrices partent en stage à Niderviller. La filiale pornicaise sera inaugurée discrètement le 1er janvier 1948, sous la raison sociale de M.B.F.A. (Manufacture Bretonne de Faïences Artistiques). Mais la production ne commencera véritablement qu'en mars.

 

Chaque quinzaine, les décoratrices déchargent les 16 tonnes de biscuits arrivées de Niderviller
Chaque quinzaine, les décoratrices déchargent les 16 tonnes de biscuits arrivées de Niderviller

Des piles de biscuit arrivent par wagons entiers à la gare de Pornic pour y être décorés. Ils proviennent de la maison-mère Lorraine qui les fabrique pour les deux sites : Niderviller et Pornic.

 

Le métier de la MBFA - qui deviendra Faïencerie de Pornic - est depuis toujours la décoration sur faïence*.

 

 

Les Arts de la Table sont encore à l'honneur.

 

 

Bernard Serraz
Bernard Serraz

Les premières créations sont véritablement artistiques, insufflées par Bernard Serraz, diplômé de l'École des Arts Décoratifs de Paris, et par Paul Urfer, céramiste de profession et recruté comme créateur de décors.

 

Les collections de la petite fabrique prennent place au Salon des Arts du Feu à Lyon parmi les plus grands noms.

 

Bernard Serraz

 

Bernard Serraz arrive de la Faïencerie de Niderviller et s'occupe de la mise en œuvre de celle de Pornic. Il est désigné directeur en novembre 1947, poste qu'il occupera jusqu'à sa retraite en 1981.

 

 

 

 

(*) : Le "biscuit" (forme brute non-émaillée) n'a donc jamais été fabriqué à Pornic. Après l'"indépendance" il nous a été impossible de continuer à nous fournir à Niderviller. Nous achetons désormais notre biscuit exclusivement à des fournisseurs européens (au Portugal principalement). Il faut savoir que celui-ci est une matière première qui ne représente qu'au plus 5% à 10% de la valeur finale du produit.