Présentation

Histoire

Les débuts

Les années 50

Les années fastes

Le Village

Les années de crise

L'indépendance

Le 21e siècle

Technique

Créateurs d'hier

Créateurs d'aujourd'hui

Glossaire
Accueil > Entreprise > Histoire

Il était une fois la Manufacture Bretonne de Faïences Artistiques...

Pornic dans les années 50
Pornic dans les années 50

Pornic en 1946 n'est plus la charmante station de l'âge d'or des bains de mer. Les habitants sont marqués par leur enfermement dans la "Poche de St-Nazaire" dont ils n'ont été totalement libérés qu'en mai 1945.

L'ouverture de la Manufacture Bretonne de Faïences Artistiques (M.B.F.A.) apporte une véritable bouffée d'oxygène dans la relance balbutiante de l'après-guerre. Créateur d'emplois en 1948 et géniteur d'une pléthore de décors sur faïence pendant un demi-siècle, ce nouveau souffle puise sa source en Lorraine, dans l'esprit de la famille Dryander.

Des Lorrains en Loire-Inférieure
Gustave et Thérèse Dryander, premiers propriétaires de la Faïencerie de Pornic, alors dénommée M.B.F.A.
Gustave et Thérèse Dryander, premiers propriétaires de la Faïencerie de Pornic, alors dénommée M.B.F.A.

Les Dryander sont faïenciers de père en fils depuis 1827 et propriétaires de la manufacture de Niderviller en Moselle. En septembre 1939, Émile Dryander directeur à l'époque, fuit l'occupation allemande et se réfugie avec son épouse à Pornic.

L'aventure pornicaise commence véritablement le
3 février 1947 par la tenue du premier Conseil de Gérance de la M.B.F.A. Puis, au cours de l'été 1947, un de ses fils, Gustave, appuyé par sa femme louent à Pornic une usine désaffectée aux allures de vieille fabrique anglaise.

Rémi Doucet, l'un des précurseurs, directeur adjoint jusqu'en 1948 transforme la petite usine électrique en manufacture, installe un magasin au rez-de-chaussée, un premier petit four et un atelier au premier étage.