Présentation

Histoire

Technique

L'émail

L'émaillage

La reproduction

Les bases de la décoration

Autres techniques

Les complices

Créateurs d'hier

Créateurs d'aujourd'hui

Glossaire
Accueil > Entreprise > Technique > Les complices

Les complices des décoratrices


L'arsenal de la décoratrice : des dizaines de pinceaux dont aucun n'a la même fonction. Photo © Brigitte Bonnet
L'arsenal de la décoratrice : des dizaines de pinceaux dont aucun n'a la même fonction. Photo © Brigitte Bonnet

Les pinceaux


Tout comme un bon stylo-plume habitué à l'écriture de son propriétaire, un pinceau ne se prête pas. Et chaque décoratrice a sa panoplie de pinceaux, tous dotés de finalités propres.


Toujours de qualité, en martre ou petit-gris, le pinceau de la touche doit être doux pour ne pas accrocher l'émail pulvérulent mais assez nerveux pour se redresser promptement à la fin.



Filet sur une écuelle. Photo © Brigitte Bonnet
Filet sur une écuelle. Photo © Brigitte Bonnet


Pour réaliser le filet, le pinceau doit être fin et allongé et, pour la calligraphie, ferme et à bout carré. Dans tous les cas, il doit contenir une réserve suffisante pour ne pas manquer de peinture avant la fin du geste.




Une mandarine remplace l'or
Une mandarine remplace l'or

Faire de l'or avec une mandarine


L'or liquide, avec lequel on traçait filets et cheveux, devait être dilué dans un solvant, rare et coûteux. Yves Blanc, l'un des premiers décorateurs, eut l'astuce de le remplacer par le jus acide extrait de la peau d'une mandarine.


Quand la solution était préparée, la décoratrice dégustait la mandarine, luxe apprécié juste après la guerre