Présentation

Histoire

Technique

L'émail

L'émaillage

La reproduction

Les bases de la décoration

Autres techniques

Les complices

Créateurs d'hier

Créateurs d'aujourd'hui

Glossaire
Accueil > Entreprise > Technique > L'émail

L'émail


Un habillage de paillettes


De blafard et poreux, le biscuit habillé d'émail deviendra brillant et imperméable après la cuisson. Verre opaque ou transparent, l'émail s'élabore selon des formules précises, testées et consignées au laboratoire.


120 trous au pouce, c'est la finesse de tamisage exigée pour l'épuration des émaux courants
120 trous au pouce, c'est la finesse de tamisage exigée pour l'épuration des émaux courants
L'émail se compose de paillettes de verre, la
fritte, pulvérisées avec de l'eau et de l'argile dans un broyeur Alseing. La barbotine d'émail obtenue est tamisée et déferrée pour éliminer les points noirs ; sa densité et sa viscosité sont contrôlées et la suspension est améliorée avec un sel de chlorure.


Un test d'accord émail/biscuit peut être réalisé après cuisson.


L'émail passe à l'atelier dans des bacs roulants. Les émailleuses en vérifient l'épaisseur qui, pour un nappage optimal, ne doit pas dépasser 30 à 35 centièmes de millimètre.


Une symphonie de couleurs


Photo © Brigitte Bonnet
Photo © Brigitte Bonnet
Sur la palette de la Faïencerie se déploient plus de 300 nuances, fruit quasi-alchimique de recherches et d'essais dans les creusets du laboratoire. Une couleur peut naître d'un seul
oxyde métallique.



Ancienne balance de précision
Ancienne balance de précision
L'oxyde de cuivre produira un vert, l'étain un blanc, le cobalt un bleu similaire au bleu breton. En raison de leur puissance et de leur instabilité à la cuisson, l'intervention de ces oxydes dans les formules est parcimonieuse.


Par contre, toutes les teintes de l'arc-en-ciel sont possibles en associant colorants et fondants, selon des recettes peaufinées dans le temps et bien gardées dans un cahier confidentiel. Mais, malgré les progrès réalisés ces dernières années, le véritable rouge vermillon est rare en faïence : il persiste en effet à se volatiliser à 1000°C.

 


Sur une balance de précision, les puissants oxydes métalliques sont pesés au gramme près. Un seul gramme d'oxyde de cobalt azure un litre de préparation.